HTC Vive : la meilleure expérience de réalité virtuelle

Passif ou actif ?
Il existe aujourd'hui deux grandes familles de casques de réalité virtuelle : nous les appellerons les passifs et les actifs. Dans le premier cas, on place un smartphone devant des lentilles et c'est alors le téléphone qui permet d'afficher les images. C'est le principe du Gear VR de Samsung, du Cardboard de Google et d'autres marques moins célèbres telles que les Français de Homido. L'avantage de cette technique est d'être moins onéreuse (entre 30 et 200 euros) et surtout totalement dépourvue de fils, en revanche, la puissance de calcul est largement inférieure puisque c'est le smartphone qui s'occupe de tout.

Les casques "actifs" disposent quant à eux d'écrans intégrés derrière les lentilles, les calculs sont effectués par un - gros - PC auquel est relié le casque par au moins un câble HDMI puisqu'aucune solution sans fil n'est à l'heure actuelle capable de gérer deux flux haute définition sans latence. Ces modèles actifs utilisent généralement des capteurs supplémentaires pour mieux calculer les mouvements de l'utilisateur et le situer dans l'espace. Cela permet par ailleurs de réduire ainsi l'effet de cinétose, c'est-à-dire les maux de cœur. C'est à cette seconde catégorie qu'appartient le HTC Vive.

Salle de test
HTC nous a donc conviés en fin de semaine dernière à venir essayer son bébé encore au stade de prototype. La marque, encore un peu frileuse sur le rendu final de son gadget, ne nous a laissé photographier qu'un mockup du casque, mais pas configuration de la salle de test. Si le design du casque est bien arrêté, les accessoires sont encore loin d'être finalisés... ils étaient imprimés en 3D.