Jolla sépare ses activités software et hardware

Poursuivant sa stratégie visant à convaincre d’autres constructeurs de smartphone de s’engager dans la voie de Sailfish OS, Jolla se scinde en deux entités différentes. Sur fond de polémique russe, l’ancien patron de Jolla quitte le navire.

Hier, nous vous rapportions une histoire qui a fait polémique tout le week-end : le gouvernement russe a pris la décision de promouvoir au sein de ses services administratifs et militaires l’usage de smartphones dont le système d’exploitation serait conforme à ses exigences. Une décision davantage géopolitique que technologique, mais qui a une incidence sur deux acteurs de l’industrie de la téléphonie mobile : Yota Devices, dont le YotaPhone est l’un des terminaux utilisés dans les Ministères russes, et Jolla, dont le système d’exploitation, Sailfish OS, aurait justement été choisi par la Russie. Si aucun smartphone commercial ne devrait émerger de cette alliance forcée, une ROM existe bel et bien. Ce type de partenariat a certainement engagé l’entreprise a prendre des décisions quant à son développement.

Nous évoquions hier le communiqué de presse de Jolla expliquant la prochaine étape de son développement. Son activité, qui couvre jusqu’à présent le hardware, avec les smartphones Jolla, et le software, avec Sailfish OS, sera scindée en deux, chaque partie devant être prise en charge par deux entités juridiques différentes. Une stratégie certainement plus en phase avec les réalités du marché : créer un OS et un smartphone coûte cher, notamment quand le smartphone est vendu dans des quantités limitées (malgré une présence internationale très correcte), et vendre des licences d’exploitation d’un OS à des constructeurs qui sont également des concurrents est un positionnement ambigu qui n’a que très rarement fonctionné. C’est le cas de Windows Phone 8 aujourd’hui. Ce fut certainement le cas chez Google avec Android et la gamme Nexus (laquelle reste aujourd’hui limitée).

Notez que la partie logicielle de Jolla sera dirigée par l’actuel président du conseil d’administration de la firme, Antii Saarnio. Il prendra le poste de PDG, en lieu et place de Tomi Pienimäki, lequel part « pour de nouvelles aventures » hors des murs de Jolla. Il ne suivra donc pas l’avenir ni des mobiles Jolla, ni de Sailfish OS. Il prendra ses nouvelles fonctions dans le courant du mois d’aout. Un nouveau patron pour la branche matérielle est en cours de recrutement. Il sera officiellement nommé dans le courant de l’automne. Une place vacante pour Stephen Elop qui vient de quitter Microsoft pour la seconde fois (après avoir quitté Nokia) ? Voilà qui ne manquerait pas de piquant !

En découpant son entreprise en deux, Jolla espère donc développer de nouveaux partenariats avec des constructeurs, à l’image de Mozilla, Canonical ou même Cyanogen. Une information qui vient confirmer les propos tenus par l'entreprise à Barcelone, en mars dernier. Dans son communiqué de presse, l’entreprise finlandaise indique que des opportunités se sont présentées en Inde et en Russie. Nous revenons donc au sujet qui nous intéressait hier. Jolla sera présent la semaine prochaine à l’édition chinoise du Mobile World Congress, qui se tiendra à Shanghai, pour présenter ses derniers travaux. Elle devrait en outre se charger du support technique des deux produits sous Sailfish OS, le Jolla Phone et la Jolla Tablet.