Samsung pour se faire connaître

Pour faire connaître Coyote Jump, la société a d’abord choisi de passer par Samsung. L’application sera pré-embarquée pendant quatre mois, jusqu’à sa sortie officielle le 15 novembre prochain sur tous les Samsung en France. « Le service sera gratuit jusqu'à juin 2016 », complète Benoît Lambert. Si Coyote a fait le choix d’un partenaire industriel tout en faisant une croix sur des revenus potentiels, c’est qu’il est très difficile et très coûteux aujourd’hui de faire sortir du lot une application. A ce stade, aucun partage de revenus n’est prévu avec le Coréen.
Une fois l’opération de promotion terminée, l’application sera basée sur un modèle « freemium » : la navigation sera gratuite, mais l’avertissement sur les radars sera payant. Coyote Jump coûtera entre 15 et 20 euros par an, selon les options choisies par le conducteur. « Notre modèle reste résolument payant », confirme Benoit Lambert, qui assure que la communauté Coyote est de ce fait plus impliquée que celle de Waze, un service entièrement gratuit. « Elle contribue plus à enrichir l'application », dit-il. De fait, l’efficacité de ces services repose sur les informations transmises par les internautes.

Force est de constater que Waze, propose des fonctionnalités similaires, et donc concurrentes. Pour l’instant, Coyote, qui compte un peu plus d’un million de clients payants, continue de bien se porter, avec une croissance à deux chiffres l’an passé et un chiffre d’affaires de 110 millions d’euros. Mais Coyote n’a ainsi pas réussi à mener à bien son introduction en Bourse, planifiée pour le début d’année, et ses fondateurs ont été obligés de racheter le capital. Peut-être les investisseurs ont-ils eu peur de l’arrivée d’un concurrent tel que Google. Chez Coyote, on explique avoir arrêté l’opération en raison des mauvaises conditions de marché