Thierry Amarger, Microsoft : "Windows Phone progresse clairement en entreprises"

Windows Phone est dans "un très bon momentum". tel est le message que s'est attaché à faire passer Microsoft au sujet de Windows Phone, lors de ses Tech Days qui se déroulent actuellement à Paris. "Nous gagnons des parts de marché aussi bien dans le B2C que dans le B2B et surtout la satisfaction client est au rendez-vous", souligne Thierry Amarger, directeur de l'activité Microsoft Mobile en France.

Le discours se veut positif même si la réalité est un peu moins favorable. Si dans certains pays comme l'Italie ou la France, Windows Phone dépasse les 10% de parts de marché (12% en France), il est un nain dans de nombreux marchés comme la Chine ou les Etats-Unis. Sa part globale peine donc à dépasser les 3%. Ce qui reste très marginal face à Android et iOS.

"Les territoires où on souffre sont ceux où la concurrence est la plus féroce. C'est aussi une question de partenaires et de risques. Mais le momentum est bien là avec 10,4 millions d'unités écoulées au dernier trimestre. Au-delà de ce seuil, on commence à nous prendre au sérieux, même si c'est dur dans certains pays ou plus facile dans d'autres comme en Inde où on a de très belles surprises", commente le responsable. "Et l'arrivée de Windows 10 devrait accélérer le mouvement. La mise à jour gratuite sur PC aura des effets sur l'attractivité des smartphones".

"A plus de 10 millions d'unités par trimestre, on est crédible"
La question des partenaires se pose en effet. Les années passent et les fabricants de Windows Phone se comptent désormais sur les doigts d'une main. Windows Phone a pourtant cruellement besoin du support d'autres marques. "Nous avons une vraie politique pour trouver des partenaires mais notre objectif numéro un est de faire progresser la part de marché afin de montrer notre viabilité et plus on sera haut, plus on intéressera", commente Thierry Amarger. Reste que l'argument est servi depuis déjà longtemps et malgré les succès locaux de Windows Phone, les partenaires ne se pressent pas au portillon.

Microoft entend également continuer miser sur l'entrée de gamme qui représente une part de plus en plus importante des smartphones vendus. "On a une vraie proposition sous les 100 euros pour adresser une demande forte. Nous estimons que 10 millions de foyers n'ont pas de smartphone. Avec les Lumia 435 et 532, on a une vraie alternative à Android". On notera d'ailleurs que le Lumia 520 est le modèle qui a été le plus vendu dans le monde, le 635 est le plus écoulé en France, deux modèles d'entrée-moyenne gamme.

L'arrivée de Windows 10 sur tous les écrans, en tant qu'OS unique, pourrait générer un appel d'air. "On va avoir une base installée de PC Windows 10 très importante et on aura exactement le même OS sur smartphone", souligne le directeur. Une première version Preview est attendue dans les prochaines semaines. Mais Windows 10 sur smartphone aura bien des fonctions nouvelles. Sur ce point, les nouveautés seront annoncées à Barcelone lors du prochain Mobile World Congress.

Reste la question de la rétro-compatibilité. Encore une fois, le discours e Microsoft est assez confus. Après avoir indiqué que tous les smartphones sou WP8 sera éligibles à W10, le groupe a fait machine arrière évoquant des fonctions qui pourraient être absentes de certains appareils tout en assurant que l'entrée de gamme ne sera pas oubliée. Vous suivez ? "Le sujet est complexe et on a appris de nos erreurs", concède Thierry Amarger.