Rétro-compatibilité : ne pas répéter les erreurs

"Nous avons l'intention d'offrir la migration pour un maximum de terminaux, c'est long et complexe. Nous devons tester tous les terminaux, appareil par appareil. Donc pour le moment, on préfère ne pas donner de liste ou de précisions. On a bon espoir d'avoir un maximum de produits compatibles". Microsoft évitera-t-il la frustration observée lorsque de nombreux possesseurs de smartphones sous Windows Phone 7 se sont aperçus qu'ils ne pourraient pas migrer sous WP8 ?

Par contre, s'il y a un domaine où Microsoft confirme un succès global; c'est celui du B2B. En France, selon nos informations, sa part de marché aurait gagné 4 points en 2014 pour se fixer à 19% derrière Samsung et Apple. Le groupe multiplie les contrats dans le monde (comme BMW, 57.000 salariés équipés, Würth...) ou en France avec Atos qui va équiper 20.000 de ses salariés de Lumia (5000 déployés à ce jour dont 3000 en France).

Chez Atos, on a ainsi abandonné les BlackBerry suite à une étude interne. La SSII a notamment pris en compte la sécurité de l'environnement et la possibilité de bâtir un app store privé. Sans parler du SI de l'entreprise orienté Microsoft. Ce sont d'ailleurs les fonctions mail et Lync (confcall) qui sont d'abord déployées, elles illustrent la simplicité que met en avant Microsoft, notamment pour initier une conférence en un clic.

Face à un Samsung qui propose des produits dédiés au B2B, alliés à des briques de sécurité et de services (Knox, MDM avec Good...), Microsoft s'appuie sur son Entreprises Pack, ces fonctions que le constructeur met en avant (sécurité, VPN, MDM ouvert, app store privé...) et surtout des coûts de compatibilité réduits dans un environnement d'entreprise Microsoft. "On est présent dans le SI de l'entreprise, il y a une relation de confiance, c'est un vrai atout pour nous", résume Thierry Amarger. Et l'arrivée des applications stars sur d'autres écrans, comme Office et Outlook, ne serait pas pénalisant. "Il y aura toujours plus de simplicité d'utilisation dans une approche intégrée hardware-software", veut croire le responsable.