Mobiles, objets connectés… Google a-t-il lâché les clefs du royaume ?

Google a conquis le monde du mobile grâce à Android, et grâce au pari d'un système d'exploitation développé en open source. Maintenant que le marché se structure, d'autres sociétés, en Chine ou ailleurs, estiment pouvoir le concurrencer tout en tirant profit d'Android et de l'écosystème Google. L'arroseur arrosé.

En Chine, où Internet ne s'ouvre toujours pas mais où Apple vient de faire une percée historique, l'écosystème des start-up est en pleine explosion. Comme ailleurs, elles font face à d'importants besoins de financement. Dernièrement, c'est Beijing Weiying Technology qui levait 105 millions de dollars, notamment auprès de Tencent, le géant du Web chinois. A l'origine de l'application WePiao qui fournit un service transactionnel de réservation de places de cinéma, cette start-up a une particularité : être principalement accessible sur WeChat, le service de messagerie de Tencent qui compte 500 millions d'utilisateurs. Autant dire qu'en matière d'offre, WeChat a une longueur d'avance sur Facebook Messenger, qui a récemment annoncé s'ouvrir aux développeurs pour accueillir de nouvelles applications.

Tencent a donc réussi à constituer un écosystème de développeurs intéressé et dépendant de son audience : sur WeChat, il est par exemple aussi possible de réserver un taxi via un service fourni par une autre start-up, ou d'acheter des produits chez des e-commerçants, etc. Une monétisation bien plus poussée que sur Google Play, par exemple. D'ailleurs pour Tencent, développer un éventail d'applications ne suffit plus : souhaitant s'émanciper d'Android, la firme a décidé de lancer son propre système d'exploitation... basé sur Android.