T-Mobile : Iliad chercherait des appuis auprès de Microsoft et Google

Débarqué presque par surprise dans la foire d’empoigne pour le rachat de T-mobile, quatrième opérateur américain, Iliad fait aujourd’hui figure de candidat sérieux : son offre initiale à 33 dollars par action pour 57% du capital à certes été retoquée. Mais le principal concurrent au rachat, Sprint, a les mains liées par l’autorité de la concurrence américaine, qui voit d’un mauvais œil un retour à 3 opérateurs nationaux.

Iliad se retrouve donc seul en piste, malgré une offre insuffisante. Et il n'aurait pas jeté l'éponge. Xavier Niel serait ainsi actuellement aux Etats-Unis, à la recherche de partenaires désireux de s’associer à lui dans une nouvelle offre de rachat.

Selon le New York Post, Xavier Niel se rapprocherait plus particulièrement de Microsoft et Google pour trouver du renfort. Le quotidien régional cite une source proche du dossier, mais avoue ne pas connaitre les détails ou l’avancée des discussions à ce sujet entre Niel et les deux géants de l’industrie technologique américaine.


T-mobile est actuellement le quatrième opérateur téléphonique américain et s’est lancé dans une stratégie très agressive que beaucoup comparent à celle de Free sur le marché français. Mais l’opérateur, actuellement détenu par Deutsche Telecom, attend une offre plus solide que celle avancée par Free, qui entendait réunir au total 15 milliards de dollars pour 57% de T-Mobile.

L’offre de Sprint n’a pas encore été formalisée mais de nombreuses sources évoquent une somme de 40 dollars par action. Cette éventualité d’un rachat pose néanmoins problème à l’autorité de la concurrence américaine, qui s’inquiète d’un retour à trois opérateurs dans un marché américain déjà très peu compétitif. Sprint, détenu par le groupe japonais Softbank, est en effet le troisième opérateur mobile aux US. La position d’Iliad est donc particulièrement avantageuse, mais il lui manque encore les fonds pour pouvoir faire ses premiers pas sur le marché américain.