De sérieux problèmes de SAV

Pourtant tout n'a pas été toujours rose pour l'entreprise qui avait rencontré de nombreux problèmes de SAV l'année dernière. "Nous avions en effet mis deux à trois mois à nous organiser pour répondre à un problème technique de l'un de nos modèles, mais nous avons fini par échanger tous les modèles défectueux de nos clients", précise Virginie Barbier.

Mais Wiko a désormais la tête tournée vers l'avenir et son développement en Europe, et ailleurs : "nous avons ouvert cette année des filiales en Italie, en Espagne, qui s'occupe aussi du marché portugais, et en Allemagne. Bientôt, nous serons présents en Grande-Bretagne, en Belgique et en Algérie. Le marché africain représente une réelle opportunité pour nous", s'enthousiasme la directrice marketing. De quoi faire de l'entreprise le vrai champion chinois des smartphones en France, quand ses compatriotes Huawei et ZTE restent encore très timides quand il s'agit de mettre leurs marques en avant. Sûrement plus pour longtemps.