conservés Longchamp en ligne

La ville sous l’ancien régime[11] [11] Albert Babeau, La ville sous l’ancien r233;gime, Paris,. chemise lacoste pas cher
..suite, s’en était fait un ample écho puisqu’il a consacré aux arquebusiers un chapitre entier de plus de trente pages, dans le livre 5 de sa synthèse, intitulé La garde.6 Les raisons de ce désintérêt me semblent simples. D’abord les compagnies de jeux militaires ne sont pas également présentes dans tout le royaume. Autant elles sont fortes dans la France du nord et de l’est (le témoignage de la géographie de Robert de Hesseln, évoquée plus haut, le confirme avec huit compagnies citées en Picardie, une en Cambrésis, trois en Lyonnais et Champagne, deux en Normandie, et en Bretagne[12] [12] Cette g233;ographie serait tout de m234;me conforme 224; l’anciennet233;.. pull ralph lauren pas cher .suite?), autant elles sont moins nombreuses et puissantes, voire absentes de la France du Midi, languedocienne notamment. Maurice Agulhon, dans sa thèse et dans Pénitents et Francs-Ma?ons, ne les évoque pas, dans un Midi qui appara?t pourtant à la communauté des historiens modernistes comme une région d’intense sociabilité. Le handicap était lourd.7 Puis, s’il y a eu effectivement une floraison de monographies sur tel ou tel tir à l’oiseau, sur telle ou telle compagnie, elles n’ont pas vraiment servi leur objet, en s’intéressant bien plus aux apparences, aux textes officiels, aux privilèges et aux minuties de protocole, aux cérémonies et au seul moment du tir à l’oiseau annuel, sans mettre les documents lus en correspondance avec d’autres sources pourtant complémentaires, fiscales ou municipales.8 Pourtant, les jeux ouvrent un champ facile à la recherche, et nous disposons de nombreux documents pour les étudier. Les compagnies militaires sont des corps tout à fait officiels, à la recherche de privilèges et de lettres patentes, de reconnaissance royale; en échange leurs registres sont souvent tenus sur papier timbré et conservés. Longchamp en ligne
Lorsque les jeux ont été définitivement supprimés par le décret du 24 avril 1793, leurs papiers ont été remis aux autorités; on retrouve généralement les documents de toutes les compagnies encore en exercice en 1789 dans la série E des dép?