franque Sac Vanessa Bruno Grand pas cherFustel de Coulanges, La monarchie franque, dans Histoire...suite. D’autres historiens, en revanche, ont eu s

Fustel de Coulanges, La monarchie franque, dans Histoire...suite. D’autres historiens, en revanche, ont eu souvent le plus grand mal à voir une quelconque cohérence dans les arrangements territoriaux mérovingiens. Dans deux ouvrages, Géographie de la Gaule au VIe siècle (publié à Paris, en 1878), et Atlas historique de la France (paru en 1907), A. Longnon réfute vigoureusement l’idée d’une logique géographique des partages mérovingiens, et il met ainsi en échec l’un des arguments principaux de l’approche ?patrimoniale? de la monarchie franque. Sac Vanessa Bruno Grand pas cher
Il se démarque des idées exprimées par l’abbé Lebeuf en montrant la discontinuité territoriale des domaines hérités par les fils de Clovis. A. Longnon fait remarquer, non sans un certain étonnement, qu’à la mort de Clovis, les territoires de la Gaule qui appartenaient aux Francs avant 507 ont été partagés d’une fa?on plus ou moins régulière, tandis que l’Aquitaine, conquise après cette date, a été morcelée entre tous les héritiers sans raison apparente. à son avis, cela ne peut avoir qu’une explication?: si chacun des fils de Clovis a voulu bénéficier d’une portion du territoire aquitain, c’était à cause de ses ?vignobles fameux?[10] [10] A. Longnon, G233;ographie de... cabas vanessa bruno pas cher suite. Ce serait donc le go?t du vin et non une quelconque logique géographique ou politique qui se trouverait à l’origine du partage de 511.4 Conscient des limites de l’explication patrimoniale, M. Rouche va chercher dans la tradition germanique une explication pour les partages. Selon lui, la succession de 511 était une continuation des coutumes matrilinéaires de l’ancienne Germanie[11] [11] «?Clovis avait donc voulu que ses fils lui succ233;dassent,... sac à main vanessa bruno pas cher
suite. De même, le partage des territoires de Clodomir, en 524, formerait une combinaison de deux coutumes germaniques ancestrales?: la tanistry, qui accordait l’héritage du roi défunt à ses frères plut?t qu’à ses fils, et la succession matrilinéaire, qui excluait Thierry, par sa condition de demi-frère du défunt, de tout droit à l’héritage[12] [12] Ibid. , p. x00A0;360-361. C’est sur le récit de Grégoire de Tours qu’il se fonde pour démontrer l’exclusion de Thierry de l’héritage de Clodomir[13] [13] Decem Libri Historiarum III, 18. ..