Royal Sac longchamp Pas Cher

Un ensemble compliqué de règles fut mis en place pour chaque galerie qui identifiaient une liste de commerces permis. Dans la pratique, cela revenait à réserver les galeries marchandes à la vente des produits de luxe, tels que les tissus de haute qualité, les accessoires de mode et la mercerie, les parfums, les bijoux, la porcelaine et les livres. Le règlement du New Exchange n’acceptait que les merceries, et les boutiques qui vendaient des bas, des toiles et des draps ainsi que les couturières, les orfèvres, les bijoutiers, les marchandes de modes, les parfumeurs, les marchands de soie, les fabricants de ceintures et de capelines, les papetiers, les libraires, les confiseurs, et les vendeurs de porcelaine, de tableaux, de cartes ou de gravures[17] [17] County Council de Londres, Survey of London, op. cit. , p. x00A0;94-97. . prix jogging lacoste
..suite. Les loyers élevés assuraient aussi une certaine qualité dans le choix des boutiques car seules celles qui vendaient des marchandises de luxe et à prix élevé avaient les moyens d’avoir un emplacement dans les galeries. D’ailleurs, tout commerce d’articles non conformes au style de la galerie pouvait voir son bail révoqué ou non renouvelé ce qui permettait une adaptation constante de la qualité et de la variété des boutiques. Les marchands d’articles de luxe s’inquiétaient autant que les propriétaires d’assurer ce type de contr?le pour maintenir le statut de la galerie[18] [18] Voir Anon. , London’s Nonsuch, or the Glory of the Royal. Sac longchamp Pas Cher ..suite.15 Le contr?le des propriétaires sur les boutiques à l’intérieur de la galerie s’étendait aux heures d’ouverture, aux consignes de propreté, à l’hygiène et au comportement bruyant des marchands et des commis, jusqu’au possible vol à l’étalage. Le Royal Exchange et le New Exchange étaient ouverts de 6 heures du matin à 8 heures du soir en été, et de 7 heures du matin à 7 heures du soir en hiver. Le New Exchange avait des règlements pour empêcher les conflits et les bagarres parmi les marchands et les commis. Le New Exchange avait également prévu un genre de pilori pour les voleurs à la tire[19] [19] L. sac main vanessa bruno pas cher
Stone, «?Inigo Jones and the New Exchange?», op. ...suite. Ces formes de contr?le, maintenues par un ensemble d’amendes et de punitions, visaient à obtenir une atmosphère courtoise et polie passablement différente de celle de la meilleure rue commer?ante, et sur laquelle se basait la réputation des galeries. Au New Exchange, chaque fois qu’un commer?ant était pris ?pissant dans l’allée ou y jetant ou y déversant toute autre chose gênante hors de sa boutique?, il se voyait infliger une amende d’un shilling[20] [20] Ibidem.