muen5016

actuelle sac longchamp pliage

Or, ces derniers n’ont semble-t-il pas laissé de traces sensiblement différentes de celles des chasseurs-cueilleurs, Cette nouvelle culture est couramment désignée sous le nom d’Iron Age. La poterie produite dans ces communautés villageoises présente des ressemblances frappantes avec celle produite plus au nord, dans la région des Grands Lacs d’Afrique de l’Est. L’idée généralement admise est donc que ces sites de l’age du fer sont le résultat d’une migration de populations de langue bantou, hypothèse confirmée par des travaux de linguistique comparée (Vansina 1995xA0;; Ehret 2001). t shirt ralph lauren pas cher
18 Entre ces groupes d’agriculteurs s’installant dans le sous-continent et les groupes de chasseurs-cueilleurs déjà présents sur place, prirent place différentes formes de contacts et d’échanges (Hall & Smith 2000xA0;; Kent 2002xA0;; Sadr 2002). Sur cette césure pèse aussi la périodisation (age de la pierre versus age des métaux) forgée dans d’autres parties du monde depuis les origines de l’archéologie pré- et protohistorique. Elle est peut-être, pourtant, largement exagérée par le fait que l’on projette trop aisément sur le passé nos connaissances des populations actuelles ou subactuelles, que nous savons être très différentes sur le plan linguistique par exemple (langues khoesan versus langues bantu de la famille Niger-Congo). Mais, si nous résistons à la tentation de la projection ethnographique, les données strictement archéologiques nous permettent peut-être d’entrevoir alors des phénomènes synchroniques beaucoup plus intéressants que les limites ethniques ou spatiales inspirées par notre représentation de la géographie actuelle. sac longchamp pliage Ce qui appara?t en effet, vers le milieu de notre ère, c’est une complexification générale, dans toute l’Afrique australe, des systèmes politiques et sociaux, ainsi qu’une centralisation des économies. C’est le cas dans la partie Iron Age du pays, avec l’apparition d’élites marchandes formant des chefferies ou des royautés le long de la vallée du Limpopo, capables de commercer avec l’océan Indien (Huffman 2000)xA0;; mais c’est le cas aussi dans la partie Later Stone Age du pays, où certains sites comme Kastelberg livrent le témoignage d’une production à grande échelle de biens qui n’ont pas été clairement identifiésxA0 les gestes qu’a nécessités leur manufacture intensive ont cependant laissé des stigmates importants dans la roche, sous la forme de polissoirs et/ou de broyeurs (Smith 1986xA0;; Boonzaier et al. 1996xA0;; Sadr & Fauvelle-Aymar 2006). Beaucoup de recherches restent à faire sur ces questions. Elles amèneront sans nul doute à remettre en question les étiquettes ethniques que l’on projette sur le passé, et à repenser les évolutions survenues à différents stades de la préhistoire récente en termes de synchronie plut?t qu’en termes d’opposition spatiale.20 C’est ici, sans doute, que se révèle tout l’apport d’une réflexion croisée entre l’Afrique australe et l’Europe, dont les bénéfices ne sont peut-être pas là où on les attendait. La préhistoire, en Afrique australe, est une histoire récente, comparativement à d’autres régions du monde. lacoste pas cher
Cette situation offre la possibilité d’avoir à disposition d’autres ressources que les seules données archéologiques, et il n’y a pas de raison de s’en passer. C’est, par exemple, ce que nous avons voulu montrer en soulignant la difficulté de percevoir une signature archéologique univoque des populations pastorales, dont la nature est en revanche pleinement révélée par les sources écrites (Fauvelle-Aymar et al. 2006).