jessie5977

suite sac de voyage longchamp

Les fils sont en revanche considérés comme trop jeunes pour travailler et, à leur place, il faudra payer et nourrir un jeune homme, expert en la profession, au moins jusqu’à ce que l’ané, Gio Mateo, entre dans la boutique.23 Ce document révèle donc la précocité de l’insertion des filles dans l’unité de production familiale et contient aussi une estimation de la contribution qu’elles pouvaient fournir. Anna ne se mariera pas mais entrera au couvent, peut-être après avoir travaillé plusieurs années dans l’entreprise familiale[45] [45] Ibidem, 1718, l. 3, fol. 894. Nous ne savons pas combien.. chemise femme lacoste
.suite. Il est probable que si elle s’était mariée, elle aurait pris par époux un perruquier ou un artisan du corps et aurait transmis les notions acquises chez elle dans l’activité de son mari. C’est en effet le chemin emprunté par sa petite sur Vittoria qui, élevée chez l’oncle Claudio, tailleur, épousera le chirurgien Reyneri. D’ailleurs, leur mère, la veuve Chiarmet, avait suivi ce même parcours: fille et sur de tailleurs, épouse d’un perruquier, elle avait, sans doute, d apporter à l’activité de son mari le savoir professionnel qu’elle avait acquis dans sa famille d’origine. Cela pourrait, en effet, expliquer le fait que, à vingt-six ans seulement, après dix ans de mariage, la jeune veuve était considérée comme instruite et experte dans l’activité de coiffeur. Et l’acte constitutif de la société dont elle fait partie est une reconnaissance de ses capacités, ce qui est aussi confirmé par une autre clause de l’accord, selon laquelle si la veuve contractait un nouveau mariage avec un perruquier, cela porterait un grave préjudice à la société, dont elle serait alors exclue[46] [46] Ibid. Pantalon lacoste homme 1701, l. 3, fol. 217 et suivants. ...suite. sac de voyage longchamp
Il est clair que le mariage signifiait un transfert de travail et connaissances dans une boutique rivale, ce qui était peru comme une menace.24 Bien qu’elle ne se réalise pas à travers un système formalisé de contrats d’apprentissage – rares aussi pour les fils –, dans la famille ou la parenté, la transmission de compétences spécifiques s’effectue également pour les filles et dans des professions où les femmes semblent très peu repré-sentées, comme celle de perruquier. Le recensement de la population turinoise de 1705 ne mentionne, par exemple, que quatre femmes perruquiers, toutes les quatre veuves (parmi celles-ci, on trouve la veuve Chiarmet). Aucune des femmes recensées comme épouses, surs, filles et mères des soixante-trois matres perruquiers n’est indiquée comme exerant une profession, et pourtant nous savons que la jeune Anna Chiarmet était très tt active dans la boutique familiale, ce qui ne devait pas être exceptionnel[47] [47] AST, s. r. , Art. 530, m.