Un Samsung Galaxy Note 7 censé être «sûr» prend feu dans un avion

 

 Le modèle incriminé, «certifié sûr», a commencé à émettre de la fumée alors même coque Huawei Ascend P8 qu'il était éteint.
La série noire continue pour Samsung. Mercredi 5 octobre, un Galaxy Note 7 a commencé à laisser échapper une «épaisse fumée grise et verte» dans un 

avion au départ de Louisville (dans le Kentucky, aux États-Unis), alors coque Huawei Ascend P8 Lite même qu'il était éteint. L'incident a conduit à l'évacuation immédiate de 

l'appareil. Début septembre, l'entreprise coréenne avait rappelé près de 2,5 millions d'exemplaires de son nouveau smartphone, dont les batteries pré

sentaient des risques d'explosion, avant de distribuer de nouveaux appareils.
Le téléphone ayant pris feu à Louisville fait justement partie de cette nouvelle version des Galaxy Note 7. Son propriétaire, Brian Green, assure au 

site américain The Verge, avoir récupéré ce modèle de remplacement le 21 septembre dans une boutique de l'opérateur AT&T. Photo de la boîte à 

l'appui, il montre que le modèle acquis était présenté comme sûr par Samsung: en témoignent un carré noir sur l'étiquette de la boîte en question, un 

logo de batterie vert mais aussi le numéro EMEI, vérifié sur l'outil en ligne de Samsung.
Samsung mène l'enquête

Samsung souhaite récupérer l'appareil afin de déterminer la cause de l'incident, avant de se prononcer. Sollicité par Engadget, un porte-parole de 

l'entreprise coréenne explique que «tant que nous n'aurons pas housse Huawei Ascend P7 récupéré l'appareil, nous ne pouvons confirmer que cet incident implique le nouveau 

Note 7. Nous travaillons avec les autorités et Southwest Airlines pour obtenir l'appareil et confirmer la cause. Une fois que nous l'aurons examiné, 

nous aurons plus d'informations à communiquer».
L'administration fédérale d'aviation civile (FAA) a annoncé dans un communiqué avoir pu confirmer que le portable Samsung était à l'origine de la fum

ée sur le vol de la compagnie Southwest et qu'elle enquêtait sur l'incident.
Un tel événement pourrait enclencher une seconde phase de rappel des Etuicoquesamsung exemplaires jugés dangereux pour Samsung. Le processus coûte cher: les coûts du 

premier échange ont été évalués à 1 milliard de dollars. Il s'avère également complexe. En France, il devrait passer par la Poste, qui n'accepte pas 

dans ses colis les batteries en lithium, au vu du danger représenté. Des batteries justement intégrées aux Galaxy Note 7.